«Pourquoi, dès que la victime est policier, y a-t-il deux poids, deux mesures ?»

 

« Pourquoi, dès que la victime est policier, y a-t-il deux poids, deux mesures ? »

« Nous devons arrêter cette dégradation de l’Etat de droit qui entraîne une criminalisation du mouvement social », écrivent Noël Mamère, Olivier Besancenot, Annick Coupé et Jean-Baptiste Eyraud.

Lire la suite (source) : www.lemonde.fr/idees/article/2016/05/30/comment-le-gouvernement-cree-une-fabrique-a-coupables_4929169_3232.html